GDSAIF : le mot du président aout 2021.

Bonjour à tous.

J’espère que vous avez pu prendre un peu de vacances pour vous remettre et oublier la COVID et la mauvaise année apicole. Il faut maintenant positiver.

Vous allez bientôt recevoir une invitation pour notre journée technique du samedi 18 septembre à TRAPPES78.9 à 17h.

Conférence sur les cires, puis 3 ateliers techniques sur la récupération des cires et la fabrication de feuilles.

Atelier acide oxalique ( il reste une trentaine de flacons d’OXYBEE que nous pourrons vendre ce jour)

Atelier muselières.

Le nombre de places est limité à 100.Nous essaierons de filmer les ateliers techniques et de les mettre en vision si cela est possible. Sinon on les mettra sur le site GDSAIF.

Pour les actualités :

Varroose : les conditions climatiques de printemps ont engendré des ruptures de ponte, ce qui est moins favorable au varroa. Mais on signale un peu partout des infestations à varroa avec de la maladie des ailes déformées. Le comptage des varroas et la mise en place des traitements sont urgents. Les ventes d’acide oxalique ont décollé cette année, mais il reste encore beaucoup d’appréhension pour son utilisation. Le prochain atelier du 18 septembre répondra à ces interrogations. Le varroa reste le principal ennemi dans les ruchers.

Au printemps il y a eu recrudescence de maladies virales : maladie du couvain sacciforme, maladie noire, parfois avec des loques surtout européennes. Lorsque vous avez un doute, appelez immédiatement le TSA local ou le Dr FAGE, ou moi-même. La rapidité de réaction est essentielle.

L’alerte famine lancée par le GDSAIF en mai a été importante pour limiter les pertes et surtout permettre des miellées tardives. Les apports en sirops énergétiques étaient insuffisants et il a fallu apporter des protéines pour pallier aux déficits qualitatifs et quantitatifs des pollens

Nourrir aussi longtemps en pleine période de miellée est du jamais vu. On espère ne pas revoir cela de sitôt. Mais le réchauffement climatique est bien là avec ses épisodes de sécheresse mais aussi de pluies abondantes. Je répète depuis plusieurs années que le problème majeur de l’apiculture est celui des ressources. Il faut transformer nos jardins, nos villes et nos campagnes. Des solutions existent avec une diversification des variétés d’arbres et arbustes mellifères qui éviteront de perdre entièrement certaines miellées. (Voir livre d’Yves DARRICAU).

 

Frelon asiatique:

2021 est une année plus calme sur le front du frelon comme en 2019.Il faut rester très actif pour détruire un maximum de nids avant le départ des fondatrices. Lorsque votre rucher est impacté, il faut passer du temps pour essayer de trouver les nids dans un rayon de 800 mètres. La pose de muselières est aussi importante que le piégeage. Elle doit permettre de ne plus perdre de ruches à cause du frelon. Je vois encore beaucoup de ruches qui n’ont pas de restrictions d’entrées efficaces contre le frelon. Avec Alain Goulnik, nous participons à l’élaboration d’un plan d’épidémiosurveillance du frelon qui s’appliquera sur toute la France. Un plan national de lutte est en cours d’élaboration. Il est complexe avec de nombreux intervenants. Il ne faut pas croire aux sirènes vendeuses de pièges qui pensent éradiquer le frelon. Le piégeage n’est qu’une partie du plan de lutte. Pour l’instant aucune région ne sort du lot sur l’efficacité de la lutte. Il faut agir en synergie avec les collectivités, la Fredon, les désinsectiseurs…La région IdF a un plan qui tient la route.

Après la saison apicole, le GDSAIF reprendra ses visio conférences du lundi une fois par mois. La première devrait concerner un rappel sur les loques.

Une alerte au moustique tigre a été faite voici 3 jours aux Clayes sous-bois dans le 78. Heureusement pas de portage de maladies humaines : Dengue, Chikungunya…

En cas de risques de zoonoses, des pulvérisations d’insecticides sont prévues. Les apiculteurs doivent être prévenus pour pouvoir fermer ou bouger les ruches.

Pour l’instant partout en IDF il est recommandé de ne pas laisser d’eaux stagnantes au pied des plantes, dans arrosoirs et les réserves d’eau. Pas simple à appliquer mais très efficace.

A bientôt.

Etienne CALAIS

Président du GDSAIF